Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mass Gaming

[Test] The Binding of Isaac

6 Novembre 2011 , Rédigé par GreenStatik Publié dans #Test


optimized-the-binding-of-isaac-game.jpg

 

Depuis quelques temps, on voit de plus en plus de jeux qui sortent sous la mention "indépendants". La plupart du temps, ces jeux innove au niveau du gameplay, ou tout simplement par l'aspect graphique. Ou alors, certains reprennent un classique datant de quelques temps déjà, en améliorant ou non un aspect et en glissant quelques clins d'oeil par-ci par-là.
C'est un peu le cas de The Binding of Isaac, en fait. Alors, pour ceux qui se souviennent, un jeu nommé Super Meat Boy est sorti fin novembre 2010. Une petite équipe appelée Team Meat, ayant repris le principe de Mario, décidèrent de créer ce jeu en mettant en scène un petit morceau de barbaque. Mission accompli, le jeu eu un certain succès, malgré sa difficulté et son gameplay plus que dynamique.
Ainsi, en septembre 2011, deux membres de cette équipe décidèrent de remettre le couvercle, en nous proposant un autre jeu, mais d'un tout autre style. C'est ainsi qu'est né The Binding of Isaac.

Le jeu débute sur une courte histoire, nous racontant le pourquoi du comment de la petite aventure d'Isaac, le héros de ce jeu. Cette histoire nous raconte donc que la mère d'Isaac, qui regardait tranquillement la télé, entendit soudain Dieu lui parler à l'oreille (on peut aussi dire que celle-ci est complètement folle, les deux fonctionnent). Sa mère, étant croyante à fond, décida d'écouter cette voix lui venant du ciel, et d'accomplir tout ces désirs tant que ça pouvait lui plaire.
Ainsi, au plusieurs ordres donnés par cette entité, ce dernier décida de tester une dernière fois la foi de la femme : il lui demanda de tuer son propre fils. C'est ainsi que, pris de panique, Isaac décida de sauter dans la cave de sa maison, via une trappe présente dans cette dernière. Une cave assez bizarre, d'ailleurs.

 

http://a6.idata.over-blog.com/3/70/23/63/The-Binding-of-Isaac/bindingofisaac0.png

La salle où le jeu débute, avec quelques instructions.

 

Le jeu débute donc dans ce qui s'appelle Basement 1. Isaac pleure, suite à cette histoire et est complètement paumé. Aucun soucis, quelques instructions vous sont données et des passages vers d'autres pièces sont accessibles. C'est alors là que le principe s'illustre. En fait, le but est de parcourir la cave d'Isaac, afin de descendre au plus profond de celle-ci. Ainsi, à chaque niveau de la cave, on affronte des monstres de différentes natures, de différentes formes, vous attaquant tous différemment et un peu bizarrement, d'arriver devant des coffres et les ouvrir, afin de récupérer ce qu'il y a dedans, etc.

Enfin bref, vous l'aurez compris, c'est un peu dans le style de Zelda, surtout au niveau des donjons. Sauf que là, il faut battre un boss afin d'avoir accès au niveau suivant de la cave, et ce plusieurs fois avant d'accéder au boss final. Le tout, sans mourir car sinon, vous êtes obligé de tout recommencer. Oui monsieur !
Et c'est là qu'on en arrive à parler d'un point intéressant du jeu, qui est que chaque niveau est généré aléatoirement. Ainsi, la disposition des salles n'est jamais la même, les objets et éléments à l'intérieur des salles ne sont jamais les mêmes. Bref, totalement du hasard.
Et dans le même sens que les salles aléatoires, on a une grande diversité au niveau des objets à collection et à utiliser. À savoir qu'Isaac possède des caractéristiques, plus précisément 4, qui sont : la vitesse de déplacement, la vitesse de tir, les dégâts commis et la distance de tir. Et ainsi, grâce à ces objets, Isaac peut augmenter plus ou moins fortement une de ces 4 caractéristiques après l'avoir ramasser. Il existe aussi des objets utilisables dans l'instant, en appuyant sur espace par exemple, qui permettre de faire des dégâts sur les ennemis, ou encore faire apparaître une certaine quantité de bombe dans la pièce actuelle. Une trop grosse liste pour être citée, en fait.

 

bindingofisaac1.png

Une salle d'arcade. Une des salles spéciales disponibles dans le jeu.

 

L'ambiance est assez spécial, pour plusieurs choses. D'une part, les ennemis bizarres visibles dans l'intégralité du jeu, ainsi que quelques salles ensanglantées (notamment celles des boss). Et de l'autre, les musiques tournant en fond, qui sont franchement pas mal.
Pour ce qui est de la difficulté du jeu, on peut dire qu'elle varie selon votre chance. En fait, si vous obtenez des objets assez puissant dès le début du jeu, ainsi que des bonus de vie, par exemple, il vous sera plus facile de parcourir les donjons et de tuer les monstres; au contraire, si vous choppez des objets assez faible, donc si vous n'avez pas du tout de chance, le jeu sera beaucoup plus difficile et vous aurez sûrement plus de chance de mourir. Aussi, rajoutons à cela que les boss sont aussi choisis aléatoirement, et que leur puissance ne dépend pas du niveau où vous vous situez. Bref, si vous tombez sur le pire des boss en début de partie, c'est la catastrophe.

 

http://a6.idata.over-blog.com/3/70/23/63/The-Binding-of-Isaac/bindingofisaac2.png

Un mini-boss rencontré au hasard. P'tit clin d'oeil à Bomberman d'ailleurs.

 

Un des plus gros points noirs du jeu serait qu'il ne propose aucune information concernant les différents objets disponibles. En effet, que ce soit les cartes, ou les objets utilisables, rien n'est dit sur leurs effets. Sur le coup, on est un peu obligé de les utiliser au hasard, en cas de danger, afin de savoir réellement à quoi ils servent. Le plus souvent, ça ne sert donc pas à grand chose. Donc après, deux solutions s'offre au joueur : soit se souvenir de l'effet après l'utilisation, soit d'aller chercher sur Internet, sur un Wiki par exemple. Pas franchement cool, mais le jeu n'est pas vraiment affecté par ce manque d'informations.
Mais pour compenser tout ça, le jeu est bourré d'humour, même si celui-ci est indirect. Par exemple, les nombreux clins d'oeil, qui sont la plupart du temps des caricatures de jeux-vidéos existant depuis quelques années. Un des boss ressemble particulièrement à Snake, du jeu Snake. Sauf que Snake est scatophile ici. Oui, dégueulasse mais assez marrant en soit. Le détournement des bombes de Zelda pour en faire des troll-bombes, ou encore la position des marchands dans les magasins. Bref, un concentré de références, certes complètement détournées, mais on aime quand même ça.

 

bindingofisaac3.png

Isaac, après avoir ramassé plusieurs bonus. Le pauvre.

 

Conclusion :

Au final, The Binding of Isaac se définie comme un jeu fun, très drôle, mais possède néanmoins quelques défauts. Mais malgré tout ça, il est possible de passer des bons moments dessus, et les hardcore gamers y trouveront leur compte. À essayer, si l'occasion se présente, donc. Surtout pour le peu qu'il coûte, à savoir 4.99€ sur Steam. (possibilité de l'acheter sur le Humble Bumble aussi, à 5$ et quelques, environ 3.75€ après conversion, pour pouvoir obtenir deux autres jeux avec, ainis que les soundtracks des jeux obtenus)

Les + :

- Le fun du jeu.
- Les clins d'oeil du jeu.
- Sa rejouabilité pas du tout chiante. 
- Sa bande son.

Les - :

- Peut faire rager.
-  Son manque d'informations au niveau des divers objets disponibles.
- L'aléatoire, qui peut-être chiant par moment.

 

16/20

 

Partager cet article

Commenter cet article