Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mass Gaming

[Test] Life is Strange Episode 1 : Chrysalis

1 Février 2015 , Rédigé par Suicide-snake Publié dans #Test

[Test] Life is Strange Episode 1 : Chrysalis

Life is Strange est le nouveau jeu du studio DONTNOD qui avait déjà offert le très bon Remember Me, le registre est cette fois complètement différent puisque l'ont quitte le jeu d'action/aventure pour aller dans les merveilleuses et jeunes contrées de l'histoire interactive.

 

Vulgairement, je pourrais dire que Life is Strange est le mélange parfait entre la recette Quantic Dream et celle de Telltale mais ce serait être bien réducteur (on reviendra sur Quantic Dream et David Cage un jour), mais laissez moi parler plus en détail de ce formidable jeu.

 

Ce qui frappe tout d'abord en entrant dans le jeu, c'est qu'il n'est pas beau... enfin, c'est ce que vous allez penser tout d'abord en voyant le menu et les premières images en mouvement et vous allez vous rendre compte au fur et à mesure que l'effet "peinture" est en fait un vrai parti pris artistique (contrairement à Zelda Skyward Sword où le fameux "flou artistique" servait juste à masquer les limites techniques de la Wii) et ça, vous allez le remarquer en regardant les différents posters et images que l'ont peut analyser. Ce côté peinture un peu enfantin se joint en fait parfaitement à comment Max, l'héroïne de Life is Strange, perçoit le monde qui l'entoure. En effet, Max est encore une ado voire une petite fille dans sa tête même si elle souhaite être propulsé dans un monde plus adulte (comme on peut le lire dans son journal intime et le fait qu'elle pensait arriver dans un monde plus mature en allant à l'université ou lorsqu'elle se demande si elle ressemble à une fille de 18 ans lorsqu'elle se regarde dans le miroir), sa vision n'en reste pas moins celle d'une jeune personne qui pense avant tout à ses rêves (devenir photographe), aux garçons et à son univers geek. La direction artistique est donc parfaitement en rapport avec le personnage et l'on prend alors du recul face aux graphismes.

 

Parlons un peu de l'histoire (que je ne vais pas spoiler) : on joue Max qui revient dans sa ville natale pour y suivre des études en photographie, suite à un étrange rêve, elle découvre qu'elle a le pouvoir de remonter le temps.

 

Je n'en dirais pas plus, mais sachez que l'histoire paraît déjà très prometteuse. Les développeurs ont l'air de savoir où ils vont et ils ont notamment réussi un sacré tour de force : me donner une très forte envie de voir la suite, bien plus que Telltale avec The Walking Dead. Calmez-vous, je vais tout expliquer. Il y a plusieurs choses qui m'ont captivé dans Life is Strange et je vais toute les détailler ici (je vous préviens ça va être long).

<center><i>Voilà une petite image de transition</i></center>

<center><i>Voilà une petite image de transition</i></center>

Tout d'abord, il y a les références et les influences... tout me parle dans Life is Strange, je saisis chaque subtilité, je comprends le monde dans lequel je contrôle le personnage et cela me permet de m'y investir complètement et niveau influence et profondeur, le jeu ne tape pas dans du bas de gamme (tout en étant plus ou moins subtil), je n'en citerais que deux références, pour laisser ensuite le plaisir de la découverte : Twin Peaks et Shining (en plus, je mets les deux plus faciles à retrouver), le jeu évite en plus de tomber dans le "fan service" facile et ne se contente pas de balancer des noms de films/série/groupe connus juste pour faire plaisir aux geeks, non, tout est fait avec minutie pour donner de l'ampleur aux personnages qu'il soit principal ou secondaire.

 

Ensuite niveau influence, on pense inévitablement à Twin Peaks concernant un certain événement, mais Life is Strange frappe plus fort avec une influence à laquelle je ne m'attendais pas et qui a retourné mon petit coeur de joueur de point'n click : The Longest Journey. Pour ceux qui ne connaîtrait pas, The Longest Journey est un jeu formidable qui est sorti en 1999, ça parlait de voyage onirique et c'était absolument génial (l'un de mes jeux préférés toute catégorie confondue). Maintenant que j'y pense, l'héroïne de Life is Strange partage quelques similitudes physiques avec l'héroïne de The Longest Journey. Rien que le début de l'épisode est un hommage a ce formidable point'n click, rien que pour ça, j'aime Life is Strange de tout mon coeur.

<center><i>Le début sur une falaise, un rêve, pas de doute, le clin d'oeil à The Longest Journey est plus qu'insistant.</i></center>

<center><i>Le début sur une falaise, un rêve, pas de doute, le clin d'oeil à The Longest Journey est plus qu'insistant.</i></center>

L'histoire traite aussi de chose plus terre-à-terre, mais néanmoins intéressante comme le passage à l'âge adulte, l'exclusion, le communautarisme, l'image que l'on donne de soi, etc. J'avais peur au départ que cela soit traité un peu à la "Dawson" ou de manière un peu trop fifille, mais ce n'est pas le cas, les ados (voire jeune adulte) qui sont dépeints dans Life is Strange sont réaliste et cru. Les dialogues sont d'ailleurs de véritables pépites (attention par contre aux sous-titres français qui sont corrects, mais où toutes les vulgarités ont été retiré et qui retransmet souvent très mal la façon dont les propos sont proférés) et soutenu par un doublage excellent de A à Z, il y a tout le jeu et toute la conviction qu'il faut.

 

Je vais maintenant aborder les personnages... enfin je vais surtout vous parler de Max mais n'allez pas croire que les autres protagonistes ne méritent pas d'attention, au contraire, ils sont tous très travaillés et si l'on croit avoir des archétypes classiques au départ, on découvre petit à petit de nouvelles infos qui donnent plus de profondeur et s'écarte des archétypes que l'on a l'habitude de voir lorsque l'on parle d'ado/jeune adulte dans un jeu ou dans un film.

 

Revenons à Max... bon sang, rien que ce personnage me donne envie de voir la suite ! Je dois quand même avouer que certains côtés du personnage m'ont accroché seulement parce que mes pensées se joignaient aux siennes, ce qui ne sera pas forcément votre cas. Elle n'en reste pas moins attachante avec son côté geek timide, un peu seule, un peu hipster mais pleine de bonne volonté et surtout : de courage. En effet, dès que Max accède à son pouvoir elle comprend l'effet que cela peut avoir sur sa vie mais aussi sur celle des autres et même si cela l'effraie un peu et qu'elle doute de sa santé mentale, elle sait qu'elle peut accomplir des choses. Elle devient en quelque sorte le fantasme de pas mal de geeks : être un super héros. Bon, à petite échelle pour le moment. Ce que j'aime aussi chez ce personnage, ce sont les différentes répliques qu'elle sort, toujours avec justesse, souvent avec sensibilité, sans oublier une petite touche d'humour. Le jeu se permet même un petit clin d'oeil vers le quatrième mur en faisant lâcher un petit "Qu'est ce que je suis curieuse aujourd'hui" à Max quand on fouille partout.

<center><i>C'est juste pour meubler.</i></center>

<center><i>C'est juste pour meubler.</i></center>

Parlons maintenant un peu du rapport à l'image dans Life is Strange. J'ai évoqué plus haut le côté peinture, mais il y a un autre rapport à l'image dans LiS et qui est plus en rapport à la photographie... au cinéma, en fait. La mise en scène du jeu est sûrement l'une des meilleures que j'ai pu voir dans une histoire interactive, car elle évite d'en faire des caisses (contrairement à pas mal de scène des jeux Quantic Dream), DONTNOD n'a pas cherché à aller vers le blockbuster hollywoodien, au contraire, on est plus dans un trip underground façon Sundance et les saturations de couleurs lors des choix cruciaux rappelle un peu Spring Breakers. Le jeu possède un aspect contemplatif que je n'avais pas vu ailleurs. On peut en effet s'asseoir contre un arbre ou sur le bord d'une fontaine et écouter Max faire le point sur sa vie pendant que la caméra se balade doucement sur les décors avec différents plans très bien trouvés, des plans que l'on pourrait retrouver dans le genre de film que j'ai cité plus haut et c'est aussi ça qui fait la force de Life is Strange, c'est qu'il rend hommage au beau cinéma.

 

Vous remarquerez que je n'ai pour l'instant pas une seule fois évoqué le gameplay mais en même temps, ce n'est vraiment l'intérêt principal du jeu... je vais quand même l'évoquer un peu, car il a un avantage conséquent par rapport à une production Telltale (ou même Quantic Dream même s’ils se sont calmés avec Beyond : Two Souls) : PAS DE QTE RELOU. Je n'ai rien contre les QTE dans ce genre de prod mais le problème c'est que Telltale a un peu trop souvent l'envie de foutre des QTE pour les scènes d'actions, mais ce n'est pas intéressant, trop souvent lourdingue et c'est une nuisance pour la lisibilité de la scène. Life is Strange évite ça pour le moment et j'espère que ça continuera ainsi, de plus, les déplacements dans Life is Strange sont bien moins rigides que dans une production Telltale, c'est vraiment agréable. Pour le voyage dans le temps, il n'est pas utilisable à tout moment et il sert actuellement à revenir en arrière si vous voulez changer une décision ou si vous avez oublié une étape dans une énigme, il permet aussi d'accéder a plus de phase de dialogue après une première conversation avec certains personnages.

<center><i>Quelques exemples de plans.</i></center>
<center><i>Quelques exemples de plans.</i></center>

<center><i>Quelques exemples de plans.</i></center>

Parlons maintenant un peu de la musique. Elle instaure une très bonne ambiance, un peu mélancolique (le jeu est baigné dedans rien qu'avec la palette de couleur d'automne) et très doux à base de guitare sèche et de chant façon berceuse. On accroche ou pas, je dois avouer que je ne suis généralement pas friand de ce type de musique, mais là, j'ai vraiment aimé.

 

Bon, passons au défaut inhérent au genre : vous ne pouvez aller quelque part que si le jeu vous le permet, même si vous voyez cet escalier menant à la rue et que vous avez très envie de vous y aventurer, si le jeu ne veut pas, vous n'y allez pas.

 

Voilà, c'est tout, c'est l'heure de la conclusion !

 

Conclusion :

 

Le premier épisode de Life is Strange réussit à perpétuer la tradition Telltale/Quantic Dream tout en la sublimant et en lui donnant de nouvelles lettres de noblesse, vivement la suite !

 

Les + :

 

- Max

- La mise en scène

- L'histoire

- Les personnages

- The Longest Journey

 

Les - : 

 

- C'est chiant d'attendre

 

 

 

19/20

Partager cet article

Commenter cet article