Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mass Gaming

[Review] Gone Girl

13 Octobre 2014 , Rédigé par Suicide-snake Publié dans #Cinéma, #review, #Best Movie 2014

[Review] Gone Girl

J'ai vu Gone Girl hier (et cette fois, je sors la critique par rapport au bon espace-temps) et j'ai réfléchi toute la nuit à ce que je pourrais vous dire sur le film et j'ai trouvé donc voilà, vous pouvez arrêter de lire l'intro et passer au corps du texte... vraiment, y a plus rien à voir, circulez.

 

David Fincher revient aux affaires avec une nouvelle adaptation de livre et bon sang, ça fait du bien ! Vous le savez sûrement, Fincher est quelqu'un d'assez important dans le paysage du cinéma américain que ce soit en terme qualitatif ou au niveau du succès de ses films. Si vous prenez la filmographie du bonhomme, vous ne trouverez aucun ratage (si vous me sortez Alien 3, vous pouvez partir) et c'est plutôt impressionnant. Je vous laisse ensuite regarder les différents résultats de ses films au box-office par rapport aux coûts de production pour que vous compreniez bien que si Fincher veut faire un film, aucun studio ne va l'en empêcher, car il rapporte du blé, beaucoup de blé.

 

Mais nous ne sommes pas là pour parler de ça, on est là pour discuter de Gone Girl et je vais d'abord vous faire un petit résumé : A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ? (merci Allociné)

 

Et l'on est donc embarqué pour 2 h 30 d'enquête ! Le temps, vous ne le verrez pas passer, car l'ambiance qui s'installe happe complètement dans le film, le jeu des acteurs, qui sont tous d'une justesse incroyable, permet de tout de suite s'accrocher à l'intrigue. Le film est en plus loin d'être linéaire, il y a pas mal de rebondissements et même un twist assez incroyable qui lance la deuxième partie du film ! Là, où je trouve le procédé vraiment excellent, c'est que le twist change vraiment la dynamique du film et c'est comme si on se trouvait avec une sorte de Gone Girl 2 rattaché directement au premier. Fincher aurait pu céder à la tentation du "Ce truc me servira de twist de fin" mais non, il ne cède pas à la facilité et le film repart pour de nouvelles intrigues. Je parlais de l'ambiance un peu plus haut, j'y reviendrais.

 

Je parlais de l'histoire et je dois évoquer la narration qui est excellente, à travers le journal intime de la femme de Nick, on a constamment un échange entre le passé et le présent, on découvre ainsi l'histoire d'un couple en apparence parfait qui se détruit petit à petit. Tiens, c'est un peu le bon moment pour parler des thèmes du film ! On retrouve la critique des médias (sujet que Fincher semble affectionner tout particulièrement) avec les fameuses émissions américaines dont le principe est de basher méchamment quelqu'un pour retourner l'opinion publique contre cette personne en utilisant tous les procédés les plus dégueulasses, car au final, ce n'est pas tant les actes de Nick Dunne qui l'indique comme tueur, mais ce sont les médias qui prennent les informations pour les sortir de leur contexte et les utilisent ensuite contre Nick. Fincher égratigne aussi au passage le rêve américain et bien entendu, le mariage, mais je ne peux pas vraiment détailler ce point sans spoiler... donc vous allez devoir vous en contenter.

 

Revenons à l'ambiance et plus particulièrement à la mise en scène ! On a quelque chose de très calme et qui se rapproche beaucoup d'un Millenium, mais plutôt que de donner une sensation de douceur, on a plutôt quelque chose de très oppressant, de très hitchcockien, en fait. Le film est sombre et cynique, mais pourtant, on a de nombreuses saillies humoristiques... alors, calmez-vous, ce n'est pas 22 Jump Street non plus, mais on a pas mal d'éléments d'humour noir qui feront souffler du nez ou sourire. Le film baigne aussi dans une sorte d'ironie, mais une ironie pas super jouasse hein, mais ça, c'est surtout dans la deuxième partie du film.

 

Je me vois maintenant dans l'obligation de parler de la musique... bon sang, mais quel bonheur ! Il est finalement logique qu'un dieu du cinéma s'associe avec un dieu de la musique ! Il n'y a rien à redire, ce trio c'est très bien trouvé, Reznor et Ross arrivent vraiment à capter avec précision ce que Fincher veut faire passer comme ambiance et c'était une réussite dans les deux précédents films, eh bien c'est encore le cas ici, mais je trouve qu'on a encore franchi un palier, car là où les musiques précédents films soulignaient une scène, je trouve que celle de Gone Girl transcende véritablement chaque moment où elle est présente et le tour de force du truc, c'est qu'elle va vous happer dans la scène tout en douceur jusqu'à vous faire oublier qu'il y a la musique en fond, prêtez une oreille attentive au film, rare sont les moments sans musique, elle se terre toujours quelque part et elle enveloppe votre cerveau doucement pour le remodeler et vous plonger dans l'ambiance fantastique qui se dégage du film.

 

Au final, c'est ça, Gone Girl, c'est une ambiance qui transporte... un excellent film qui est maîtrisé de A à Z... on devrait inventer une note pour les films de Fincher, une sorte de note qui symboliserait le fait qu'on est en présence de quelque chose de génial, quelque chose qu'un 8 ou 9 sur 10 ne pourrait pas expliquer correctement... sachant que tous les films de Finc desher sont réussites... hmm... eh bien, je dirais que le Fincher/10 semble être une bonne solution !

 

 

Fincher/10

Partager cet article

Commenter cet article