Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mass Gaming

[Test] Thief

16 Mars 2014 , Rédigé par GreenStatik Publié dans #Test

[Test] Thief

1998, deux années avant le premier Deus Ex : un jeu sort sous le nom de Dark Project en Europe. On y incarne un voleur du nom de Garrett vivant dans La Cité dont l’objectif principal est de dérober l’Oeil, un énorme joyau qui serait a priori magique. Dans ce jeu, on a la possibilité de se balader un peu partout, et surtout dans les ombres, afin de pouvoir ramasser à peu près tout ce qui brille. Garrett possède un large panel d’outils pour arriver à ses fins et ainsi, il est possible d’être totalement discret ou d’assommer un garde ou deux, si jamais l’envie nous prend.

En 2014, après quelques années de teasing de la part de Eidos Montréal, un nouvel épisode Dark Project, sortant cette fois-ci sous le nom anglais « Thief », débarque dans le monde entier fin février. Et après un épisode troisième épisode de Deus Ex (Deus Ex : Human Revolution) plutôt réussi, on s’attendait à ce que ce nouveau Thief soit une totale réussite. Alors, qu’en est-il vraiment ?

Déjà, parlons de la série en elle-même. Il faut savoir que ce quatrième jeu n’est pas un remake HD du premier, deuxième ou troisième épisode. De nombreux éléments des premiers jeux ont été conservés, comme l’arsenal de Garrett ou quelques-unes de ses habilités. Certains disent que des éléments des anciens scénarios sont aussi conservés, mais n’ayant que très peu joué aux vieux Thief, je ne sais pas vraiment quoi dire à ce jeu. Enfin, dans tous les cas, ce jeu est un reboot.

On se retrouve donc encore une fois dans La Cité, une ville à l’aura sombre et plutôt malfaisante, où une maladie se propage à la vitesse de la lumière. Les rues sont souvent contrôlées par des gardes et un couvre-feu assez strict force les citoyens à rester chez eux à partir d’une certaine heure. Concernant l’architecture de la ville, celle-ci est assez labyrinthique, mêlant de longues ruelles très étroites et des petits toits. Bien sûr, il est toujours possible de s’aider la carte disponible à tout moment en appuyant sur F1, mais celle-ci n’est parfois pas très claire au niveau des indications.

Au niveau des déplacements, on remarque directement une chose : il est impossible de sauter librement. En appuyant sur la touche correspondante (espace, dans la plupart des cas), Garrett effectuera une glissade sur une assez longue distance ou un saut s’il est proche d’un rebord, du vide, d’une échelle, d’une corde, etc. D’un côté, ce n’est pas vraiment dérangeant, étant donné que cela fonctionne plutôt bien comme ça ;  mais d’un autre côté, on ne se sent pas vraiment libre au niveau des déplacements, à cause de ce parti pris. Du coup, de nombreux toits sont inaccessibles et des chemins qui paraissent parfois libres d’accès ne le sont pas.

<center><i>Une image de Garrett et une autre de La Cité.</i></center><center><i>Une image de Garrett et une autre de La Cité.</i></center>

<center><i>Une image de Garrett et une autre de La Cité.</i></center>

Étant donné que Thief est un jeu d’infiltration, le choix s’offre à vous de finir les niveaux comme un fantôme, en vous faufilant dans le dos des gardes et en restant le plus possible dans les ombres, ou alors d’assommer ou de tuer toutes les personnes qui vous barrent la route. Lors des missions principales, votre façon de jouer déterminera les récompenses que vous recevrez à la fin (un nombre plus ou moins grand d’or en gros).

Des objectifs secondaires, les « Défis de voleur », sont affichés à la fin de chaque mission principale et vous permettent d’obtenir encore plus d’or si jamais vous avez eu la chance de remplir les conditions. Il vous sera généralement demandé de fouiller un certain nombre de poches, d’assommer des gardes ou de tirer un nombre précis de flèche. Bien évidemment, il est possible de recommencer chaque mission à n’importe quel moment, afin de compléter ces objectifs.

Entre chaque mission principale, divers PNJ vous proposeront des missions secondaires, qui se passeront soit sur la carte principale, La Cité, soit dans des niveaux à part. Ces premières, appelées Contrats de Basso, demandent généralement d’aller à un certain point, de fouiller un peu partout et de récupérer l’objet demandé. C’est assez répétitif à la longue, mais certaines demandent parfois un peu de jugeote. Quant aux autres missions secondaires, sobrement intitulées « Contrats », le contenu proposé est déjà légèrement plus intéressant : l’action est accompagnée d’un mini-scénario, justifiant la venue de Garrett à cet endroit. Elles sont un peu plus longues que les missions secondaires de Basso et proposent comme les missions principales différents styles de jeu. Et il est aussi possible de recommencer ces missions, afin de compléter les différents sous-objectifs.

<center><i>Les statistiques que l'on peut retrouver à la fin de chaque mission.</i></center><center><i>Les statistiques que l'on peut retrouver à la fin de chaque mission.</i></center>

<center><i>Les statistiques que l'on peut retrouver à la fin de chaque mission.</i></center>

L’arsenal de Garrett se compose d’un arc, d’une matraque et de flèches diverses et variées. On a donc la possibilité d’éteindre des torches ou des petits feux en tirant des flèches d’eau, mais aussi d’allumer des feux grâce aux flèches... de feu ! Mais il est aussi possible de ramasser des bouteilles que Garrett peut balancer à n’importe quel moment afin de faire du bruit et de créer une diversion, un peu comme avec les flèches émoussées. Garrett peut aussi utiliser des flèches un peu plus aiguisées afin de tuer ses ennemis, mais il est préférable d’opter pour une approche un peu plus discrète la plupart du temps. Des outils supplémentaires peuvent aussi être achetés chez un marchand, comme une clé anglaise ou une lame de rasoir.

Garrett peut utiliser une sorte de magie (ou du moins, quelque chose qui s’en rapproche) afin d’afficher des éléments de la zone en surbrillance pendant un instant. La concentration, tel est son nom, affiche donc en bleu clair les meubles que Garret peut ouvrir, mais aussi certains objets ou encore les ennemis proches. Elle peut aussi être utilisée lors des combats au corps à corps, afin de viser une partie précise du corps de l’adversaire. Et autant dire que c’est beaucoup plus efficace comme ceci. Seulement, l’utilisation de la concentration est limitée par une jauge, il est donc nécessaire de ne pas en abuser.

Enfin, il est possible d’améliorer l’équipement de Garret ainsi que la concentration : pour l’équipement, il suffit d’aller faire un petit tour chez un marchand et le tour est joué. Ces améliorations concernent l’arc et son carquois, la matraque et le crochetage. Concernant la concentration, il suffit de distribuer des points de concentration entre les différentes aptitudes.

<center><i>Les améliorations.</i></center><center><i>Les améliorations.</i></center>

<center><i>Les améliorations.</i></center>

En dehors du gameplay, il y a quelques autres points à souligner. Dans un premier temps, on va parler de la difficulté du titre. Il est possible de sélectionner un mode de difficulté comme dans la plupart des jeux, mais les développeurs ont aussi eu la bonne idée de mettre des options de personnalisation, afin que le joueur puisse régler la difficulté comme il l’entend. Du coup, de nombreux éléments du gameplay peuvent être désactivés, comme le réticule de visée ou la concentration. Vous pouvez aussi interdire les neutralisations et les morts, qui provoqueront un game over en cas de non-respect de la règle. Il y a même un mode « hardcore » où le jeu supprime la sauvegarde lors de la mort de Garrett ou l’échec de la mission. Bref, de quoi faire plaisir à presque tout le monde. Mais au final, on retiendra tout de même que le jeu est un poil trop simple sans toucher à ces paramètres et même en Maître (difficulté maximale).

Du côté du scénario, il n’y a pas grand-chose à dire. Ce dernier n’est pas franchement exceptionnel, voire un peu trop brouillon. Une histoire de pierre magique, de fille disparue, le tout entremêlé des nombreux vols de Garrett. Il y aurait clairement moyen de faire mieux que ça.

Gros point noir du jeu qui ne concerne sûrement que les versions PC, mais embêtant au point de le préciser dans ce test : l’optimisation. En soi, le jeu est plutôt beau et les effets de lumières et la brume sont plutôt sympathiques. Quelques textures sont un peu baveuses quand on regarde un peu de trop près, mais sinon, l’ensemble est assez correct. Mais malheureusement, le portage console se fait vraiment ressentir. Car oui, étant donné les gros problèmes liés à l’optimisation, ce ne peut être qu’un portage console. Les temps de chargement sont plutôt longs et en plus de ça, le jeu se permet de charger encore après l’écran de chargement. Plus concrètement, il faut bien deux minutes après l’écran de chargement pour que les FPS deviennent stables et que les petits freezes disparaissent, ce qui est juste inadmissible.

<center><i>Sur le premier screen, la personnalisation de la difficulté. Sur le deuxième, un garde qui ne trouve pas la poignée de la porte.</i></center><center><i>Sur le premier screen, la personnalisation de la difficulté. Sur le deuxième, un garde qui ne trouve pas la poignée de la porte.</i></center>

<center><i>Sur le premier screen, la personnalisation de la difficulté. Sur le deuxième, un garde qui ne trouve pas la poignée de la porte.</i></center>

Pour finir, on peut citer la présence de quelques bugs de collision, comme nous le montre le magnifique screen juste au-dessus. L’IA, quant à elle, n’est pas très excellente non plus. Des rondes monotones, toujours les mêmes dialogues et dans le pire des cas, des gardes qui n’arrivent pas à trouver Garrett alors que ce dernier se cache juste sous leurs yeux, dans un placard plus que suspect. Bref... on va passer au verdict.

 

Conclusion :

 

Alors qu’on s’attendait à un excellent jeu, Thief s’avère être assez médiocre. Une histoire très peu intéressante, une optimisation qui ferait même peur à Metro 2033, certains éléments des anciens épisodes qui passent à la trappe, un gameplay très dirigiste... Bref, beaucoup de points noirs. Et c’est fort dommage, vu que le jeu propose quelques idées sympas, comme la personnalisation de la difficulté ou encore le simple fait de jouer un voleur.

 

Les + :

- Les graphismes, plutôt corrects.

- Personnalisation de la difficulté.

- L'ambiance, très sombre.

- Le chapitre 5, sûrement le seul passage intéressant du jeu.

 

Les -  :

- Une optimisation plus qu'horrible, voire à vomir.

- Le scénario.

- Très dirigiste.

- Certains éléments sympas des anciens Thief absents.

- Une IA vraiment à la ramasse.

- Les déplacements trop limités.

- Le prix, étant donné la qualité du jeu.

 

9/20

[Test] Thief[Test] Thief[Test] Thief
[Test] Thief[Test] Thief[Test] Thief
[Test] Thief[Test] Thief[Test] Thief
[Test] Thief[Test] Thief[Test] Thief
[Test] Thief[Test] Thief[Test] Thief
[Test] Thief[Test] Thief[Test] Thief

Partager cet article

Commenter cet article