Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mass Gaming

[Test] Path of Exile

28 Janvier 2014 , Rédigé par GreenStatik Publié dans #Test

[Test] Path of Exile

Si je vous dis Gauntlet, vous pensez à...? Ouais. Sûrement pas un grand chose, vu le nombre d'années qui s'est écoulé depuis sa sortie. Et si je vous parle de Dungeon Siege... ? C'est déjà un peu plus récent. Mais bon, dans tous les cas, si je vous parle de Diablo ou de Torchlight, vous savez tout de suite où je veux en venir ! Oui, aujourd'hui, nous allons parler de Hack'n Slash (Porte-Monstre-Trésor en bon Français), un genre qui a presque disparu de la surface la planète au milieu des années 2000 (aux alentours de 2003-2007).
J'adore jouer à des Hack'n Slash, qu'importe l'univers ou l'époque. C'est sûrement grâce au gameplay, qui facilite généralement la prise en main du jeu et fait que l'on s'amuse dès les premières minutes. Et sûrement parce qu'on tape sur tout ce qui bouge. Dans tous les cas, après avoir terminé mon premier Hack'n Slash, 
Dungeon Siege 2 (j'étais trop jeune à la sortie de Diablo 2), je me suis mis à la recherche d'autres jeux dans le même style, car c'était "trop de la bombe". Petite déception suite à ça, étant donné le nombre limité de jeux et la qualité de certains – citons notamment Silverfall, dont le nombre de défauts est clairement supérieur à celui des bons points, ou encore Space Siege qui est sorti un peu plus tard –, même si certaines perles sont passées entre les mailles du filet : Titan Quest
, par exemple.
Puis finalement, après quelques années d'attente, le messie était enfin arrivé. D'ailleurs, vous remarquerez que j'ai cité plusieurs fois Diablo dans cette introduction. Et c'est tout à fait normal. Certains considèrent le jeu que je vais vous présenter comme le fils spirituel de 
Diablo 2. Oui, rien que ça. Laissez-moi vous présenter... Path of Exile.

Développé depuis un peu plus de 7 ans par les gens de Grinding Gear Games (GGG pour les intimes), Path of Exile se veut être un retour aux sources, comme au temps de Diablo 2. D'ailleurs, les développeurs eux-mêmes avouent être des très grands fans de ce jeu et auraient toujours rêvé de développer quelque chose comme ça. C'est beau, hein ? Du coup, on se retrouve avec un jeu qui dispose d'un gameplay simple, sur les bases de Diablo, mais qui possèdent aussi ses propres particularités (citons par exemple son theorycrafting plutôt poussé). D'ailleurs, on va voir ça tout de suite et en détail.

Première étape : création d'un personnage. 6 classes de personnages sont disponibles et une 7ème peut être débloquée après avoir fini le jeu une fois. On retrouve alors les classes classiques, comme la Sorcière, le Maraudeur et la Ranger, mais aussi d'autres classes qui sont dites "hybrides" (le Duelliste, le Shadow et le Templier), possédant deux caractéristiques principales sur les trois présentes en jeu, c'est-à-dire : l'intelligence, la force et la dextérité. Chaque classe aura donc ses faiblesses mais aussi ses avantages.
Seconde étape : choix d'une ligue. On retrouve généralement ce genre de choix dans les Hack'n Slash les plus connus. Par exemple, le fait de pouvoir démarrer une partie en mode "Hardcore", offrant au joueur une expérience de jeu un peu plus complexe du fait que la mort du personnage est définitive. Dans Path of Exile, on retrouve à peu près ce même principe, sauf que d'autres ligues sont aussi présentes, mais ne durent que 4 mois (sans pour autant entrainer la suppression des personnages, qui sont transférés soit en ligue Standard, soit en Hardcore).

<center><i>Écran de sélection des classes, avec la présentation du Ranger.</i></center>

<center><i>Écran de sélection des classes, avec la présentation du Ranger.</i></center>

Suite à la création du personnage, on se retrouve sur une petite plage très pittoresque. On ne le remarque pas tout de suite, mais cette dernière est complètement envahie de zombis et de drôles de mollusques qui crachent des petites boulettes. Enfin, dans tous les cas, le jeu nous fait bien comprendre que notre personnage a fait naufrage et se retrouve un peu comme un con, la tête dans l'eau. Mais heureusement, un sympathique monsieur est là pour nous expliquer ce qu'il s'est passé ! (enfin, avant qu'il ne se fasse manger par un zombie qui traîne par-là)

Du coup, le joueur se retrouve très vite dans le feu de l'action et doit vite trouver une arme avant de se faire manger à son tour. Heureusement, le jeu est sympa et vous en donne une dès le début (enfin, pas vraiment, il faut la ramasser par terre) afin de pouvoir vous défendre. Et suite à ça, on découvre un élément de gameplay qui est propre à Path of Exile : les gemmes et les sockets. Les petits ronds de couleurs affichés sur l'arme, dans l'inventaire, sont ces fameux sockets. Elles permettent d'ancrer des gemmes sur votre arme, afin de pouvoir lancer des attaques spéciales ou des sorts (je précise bien, car dans Path of Exile, les deux sont vraiment différents), des buffs ou des debuffs. Bien plus tard dans le jeu, il est possible d'ajouter des effets sur ces sorts en utilisant des gemmes de support.

Dès les premières minutes de jeu, la difficulté peut se faire ressentir. En effet, le jeu n'a pas été développé pour faciliter la vie au joueur, mais bien pour le faire suer. Ainsi, au tout début de l'aventure, si le personnage ne porte aucun bout d'armure, il est possible qu'il meure suite à une dizaine de coups. Mais pas d'inquiétude ! Le personnage peut boire des potions, afin de récupérer quelques points de vie ainsi que du mana. D'ailleurs, point intéressant : les potions ne s'achètent pas, mais se rechargent en tuant des monstres.

<center><i>À gauche : le naufrage. À droite : une des nombreuses gemmes du jeu.</i></center><center><i>À gauche : le naufrage. À droite : une des nombreuses gemmes du jeu.</i></center>

<center><i>À gauche : le naufrage. À droite : une des nombreuses gemmes du jeu.</i></center>

En parlant d'achat, il faut savoir que la notion de monnaie n'existe pas dans Path of Exile : le jeu se base essentiellement sur un système de troc, que ce soit entre joueurs ou entre un joueur et un PNJ. Ainsi, il est possible d'afficher ses offres et ses demandes dans le chat général dédié au troc (n'essayez surtout pas dans le chat général de discussion, vous risqueriez un caillassage en bonne et due forme !) et de recevoir parfois des messages privés ou des invitations pour un "trade". En prenant en compte le fait que chaque objet utilisable ou équipable peut être échangé, il y a moyen de faire une bonne affaire à tout moment.

D'ailleurs, avant que l'on parle à nouveau du gameplay, j'aimerai faire une petite parenthèse concernant les graphismes ainsi que la bande-son. D'un point de vue esthétique, Path of Exile n'est pas en reste. Il n'est ni très beau mais pas non plus très moche. Quelques beaux effets de lumières sont parfois visibles, notamment près des étendues d'eau. Aussi, les cartes sont générées de manière semi-aléatoire : le thème et l'ambiance de la zone seront toujours les mêmes, mais les arbres, les chemins et tout autre décor changeront de place à chaque nouvelle instance. Les nombreuses musiques jouées en fond sont assez immersives, sans pour autant être intrusives. Chaque zone a son thème, son ambiance. Les thèmes des boss sont assez epic. Par ailleurs, le doublage des PNJ et des personnages est plutôt réussi.

<center><i>À gauche : un PNJ marchand. À droite : une jolie petite rivière.</i></center><center><i>À gauche : un PNJ marchand. À droite : une jolie petite rivière.</i></center>

<center><i>À gauche : un PNJ marchand. À droite : une jolie petite rivière.</i></center>

L'une des plus grosses features du jeu se présente après le premier gain de niveau du personnage. À chaque level up ou parfois à la fin d'une quête, il est possible d'attribuer un point dans un arbre de compétences passives. Et c'est là que ça devient impressionnant, car la taille de cet arbre est tout simplement hallucinante. En effet, plus de 1350 compétences passives sont présentes et chaque classe a sa propre place sur cette énorme toile. 

Ces passifs (nodes, en anglais) peuvent par exemple augmenter les caractéristiques de base, ou augmenter les dégâts physiques des armes, ou encore la vitesse de déplacement du personnage. Du coup, il faut choisir chaque point de passif avec beaucoup de précautions car, sinon, le personnage peut très vite devenir trop faible par rapport à son niveau. Mais pas d'inquiétude, il est bien évidemment possible de ré-attribuer quelques points de passif en cas d'erreur grâce aux "refund points".

La manière dont est organisé l'arbre permet donc quelques fantaisies : par exemple, jouer une Sorcière spécialisée dans l'ambidextrie et dans le maniement des baguettes est tout à fait possible. Mais savoir si ce build pourrait être viable est une tout autre histoire !

<center><i>C'est assez impressionnant, hein ? Et encore, c'est que le morceau du milieu !</i></center><center><i>C'est assez impressionnant, hein ? Et encore, c'est que le morceau du milieu !</i></center>

<center><i>C'est assez impressionnant, hein ? Et encore, c'est que le morceau du milieu !</i></center>

Il existe un système de craft dans Path of Exile, qui se base sur l'utilisation d'orbes sur l'équipement. Ces orbes sont récupérables sur des monstres ou chez les marchands PNJ en échange de quelques autres objets. Il est possible d'augmenter rareté d'un objet, en le transformant en objet magique (le nom de l'objet est alors bleu) alors qu'il était à la base qu'un simple objet normal (nom en blanc). Le cas s'applique aussi aux objets rares (équipement jaune) ou uniques (nom en orange). Mais les orbes peuvent aussi servir à modifier les affixes des armes et des armures, ainsi que les valeurs de ces affixes. La personnalisation de l'équipement est donc assez poussée et posséder un set qui soit en parfaite harmonie avec son build n'est pas chose impossible.

Un cash-shop est présent, mais ne propose en aucun cas des articles pouvant rendre un personnage plus puissant. Seuls des effets cosmétiques peuvent être achetés dans cette boutique, et les revenus servent seulement à entretenir les serveurs et à développer les futures mises à jour. Et franchement, c'est beau de voir ça.

<center><i>L'interface du cash shop.</i></center>

<center><i>L'interface du cash shop.</i></center>

 

Conclusion :

 

Jouissant d'un gameplay simple mélangé à un theorycrafting fou furieux, Path of Exile se range facilement auprès des meilleurs Hack'n Slash de la génération Diablo. De plus, le jeu est souvent mis à jour et les développeurs n'hésitent pas à communiquer avec les joueurs, que ce soit dans le jeu ou sur les forums. Le fait qu'il soit très axé communauté est aussi un bon point. Néanmoins, il est dommage que le jeu souffre de quelques latences par moment et que des problèmes de synchronisation entre le client et les serveurs soient encore présents à ce jour.

 

Les + : 

- Un gameplay simple et efficace.
- Un theorycrafting assez impressionnant.
- L'aspect communautaire plutôt plaisant.
- Une bonne OST.
- La difficulté, le challenge !

Les - :

- Les lags serveurs et les désynchronisations.
- La répétitivité du genre.
- Jeu entièrement en anglais, pour le moment.

 

17,5/20

[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile
[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile
[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile
[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile
[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile[Test] Path of Exile

Partager cet article

Commenter cet article